L’Equateur propose des droits constitutionnels de la nature

En matière de législation forestière, peu voire aucun texte juridiquement contraignant ne protège les forêts en tant que telles en dehors des aires protégées, que ce soit au niveau des États ou au niveau international. L’État de Équateur est précurseur en matière de législation forestière en proposant des droits constitutionnels de la nature.

Pour ce mois d’octobre de l’année internationale des forêts, FNE a demandé à Hugo Echeverria, avocat environnementaliste, de présenter les avancées de l’Équateur en matière de droit de la nature et préservation des forêts tropicales humides.

Hugo Echeverría explique que « les récentes décisions de la Cour constitutionnelle de l’Équateur ont établi des jurisprudences importantes pour le respect des droits de la nature, sans pour autant entrer en conflit avec les doctrines des droits humains. »

Selon Hugo Echeverría « s’il est nécessaire d’atteindre les plus hauts standards écologiques possibles dans un pays avec une biodiversité exceptionnelle, une nouvelle vision de la durabilité devra être fixée. Les questions forestières devraient être traitées en priorité. »

Un article à lire sur le site de la FNE.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s