La perte de biodiversité coûte 450 milliards d’euros par an à l’UE

Plus discrète que la crise financière, la crise de la biodiversité coûte 450 milliards d’euros chaque année à l’UE. Gerben-Jan Gerbrandy (D66, Pays-Bas), rapporteur sur la biodiversité au Parlement européen, a récemment présenté son projet de rapport à la commission de l’Environnement et demandé l’application du principe de bio-compensation, c’est à dire que ceux qui causent des dommages à la nature doivent en compenser la perte.

Le Parlement européen envisage de présenter une stratégie pour mettre fin à la perte de biodiversité d’ici 2020. « Un quart des plantes et des animaux en Europe sont en danger d’extinction« , a déclaré M. Gerbrandy lors de la présentation de son projet de rapport. « Cette destruction de la nature va coûter environ 3 % de croissance économique annuelle – équivalente à celle dont l’Europe a besoin à l’heure actuelle pour sauver l’euro.  La perte de biodiversité se poursuit année après année. »

« Le capital naturel doit être intégré dans les comptes nationaux », a ajouté M. Gerbrandy: « Il est rentable d’abattre une forêt, nous devons faire en sorte que sa préservation soit aussi un avantage économique. »

M. Gerbrandy prône le principe bio-compensation selon lequel les gouvernements et les entreprises compensent les dommages qu’ils causent à la nature par le financement des projets de compensation, un peu sur le principe du ‘pollueur payeur’. « C’est la façon la plus efficace de mettre fin au déclin de la biodiversité.  Les subventions qui causent des dommages à la nature doivent être supprimées le plus rapidement possible.  Maintenant, nous payons deux fois : nous finançons d’abord la destruction de la nature et ensuite nous payons pour la reconstruire. »

En 2012, l’Union européenne a une occasion historique de prendre des mesures importantes afin d’enrayer la perte de biodiversité. « La refonte de la Politique agricole commune, de la politique de cohésion et de la politique de la pêche présente une occasion en or d’intégrer la préservation de la biodiversité dans la législation sectorielle qui a davantage d’impact« , a-t-il conclu.

Communiqué de presse de Alde.eu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s