Les erreurs de la gouvernance internationale des forêts

Une étude souligne l’échec de nombreux accords internationaux dans le cadre de la lutte contre la destruction des forêts mondiales. Les besoins des populations locales et les pressions économiques exercées par des acteurs extérieurs aux forêts sont ignorés.

Des initiatives internationales, comme le REDD, donnent plus d’importance au stockage du CO2 qu’à l’amélioration des conditions de la forêt et les moyens de subsistance des communautés. Les négociateurs du REDD doivent engager les parties prenantes en dehors du secteur forestier, tels que l’agriculture, le transport et d’énergie.

Un article à lire sur Environmental Research Letters.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s